Le devoir conjugal

A l’heure de #balancetonporc et de #MeToo, je lance une nouvelle et grande enquête sur le consentement, dans la séduction, la drague et les rapports sexuels. Car il y a beaucoup de malentendus, dans ce que l’on appelle la « zone grise », où rien n’est vraiment noir ou vraiment blanc. Des hommes croient qu’il faut insister même quand une femme semble leur résister ; des femmes pensent avoir exprimé leur refus et que l’homme a reçu le message.

Mais pour commencer cette enquête, je vais viser moins large et m’intéresser au consentement sexuel dans le couple. Après Dormir à deux (vous pouvez lire les témoignages dans l’onglet portant ce titre), je vais donc à nouveau plonger sous la couette, mais pour parler de sexualité cette fois. Y compris la sexualité la plus ordinaire et parfois quelque peu routinière, qui s’installe après des années de vie commune.

Comment se combinent les désirs de l’un et de l’autre ? Quand l’un n’a pas envie, le fait-il savoir, et l’autre comprend-il ? Arrive-t-il que le mari insiste jusqu’aux limites de ce qui pourrait ressembler à un viol domestique ? Les incompréhensions moins dramatiques et plus ordinaires m’intéressent aussi. Du côté femmes, qui subissent des assauts non désirés. Mais du côté hommes aussi, je voudrais vraiment recueillir également la version masculine, pour comprendre, sans condamner. Car nous devons avancer ensemble, hommes et femmes réunis, pour des relations plus respectueuses et épanouies.

Comme d’habitude, vous pouvez témoigner le plus librement du monde (en cliquant sur l’onglet “L’enquête en cours”), en choisissant un pseudo si vous souhaitez protéger votre anonymat. Je vous répondrai et nous continuerons ainsi notre dialogue. Chacun peut aussi réagir aux autres témoignages, créant ainsi une communauté de réflexion et de débats autour du non-consentement dans le couple. Ce que l’on appelait autrefois pour les femmes le « devoir conjugal ».

Partager Facebook Twitter Email

3 Commentaires

  1. Lidwine
    31 mars 2018 - 17:31

    Votre enquete est tres interessante. C est un sujet tabou mais qui affecte beaucoup de femmes en couple et au quotidien. J ai connu le devoir conjugal. C est triste… je suis celibataire aujourdhui et suis beaucoup plus epanouie

  2. Jaïa
    8 avril 2018 - 07:19

    Il arrivait souvent qu’il ait plus envie et moi pas… Carresses,insistances malgré mes signaux de refus. Parfois l’appétit venait en mangeant et c’était un régal, plus rarement ce n’était pas le cas. Cela me rendait alors triste et contrariée; autant lorsque je finissais par le rejeter que lorsque finalement je cèdais par lassitude à convoquer mon désir et lutter contre le sien. C’était trouble,mêlé. Pas aussi simple que ce qu’on souhaiterait sans doute que ce soit.

  3. Jean-Claude Kaufmann
    9 avril 2018 - 08:00

    Jaïa, pouvez-vous détailler quels étaient vos “signaux de refus”? Et cette autre question : vous dites que malgré votre manque de désir au début cela pouvait finir par être un régal, pourtant cela aussi vous rendait triste, pourquoi?
    Vous pouvez me répondre sous l’onglet “L’enquête en cours”, où se trouve l’essentiel des témoignages

Poster un commentaire